Les obligations d'un gestionnaire de fortune

Un gestionnaire de fortune est le partenaire des investisseurs suisses à la recherche d’un meilleur placement et des personnes fortunées qui ont besoin d’une aide dans la gestion de leur patrimoine. Son métier exige beaucoup de qualités dont la plus importante est l’honnêteté. La moindre erreur commise pendant l’exécution de son contrat pourrait mettre le gestionnaire de fortune dans une situation délicate. Il risque même des poursuites pénales en cas de défaillance. Voici plus de détails concernant le rôle et les obligations de ce professionnel.

Les domaines d’intervention d’un gestionnaire de fortune

Un gestionnaire de fortune intervient dans différents domaines. Ses compétences en matière de solutions de gestion de fortune ne sont plus à prouver vu que c’est sa première vocation. Il est à même de fournir à ses clients des conseils financiers pertinents et une meilleure assistance en matière de comptabilité. Il peut entre autres établir les états des dépenses et faire une évaluation périodique du capital investi. C’est aussi un partenaire fiable dans la détermination des risques de placement et dans le choix de l’établissement financier à qui s’adresser.

Un gestionnaire de fortune, c’est également un expert en investissement immobilier. Il peut fournir une aide précieuse aux personnes qui souhaitent faire fructifier leur épargne dans l’achat ou la vente d’un bien. En outre, ce professionnel s’occupe des travaux administratifs comme le classement des documents et intervient dans la réalisation de certaines démarches fiscales. En somme, le gestionnaire de fortune offre un service complet et en toutes circonstances, il défendra les intérêts de son client avant les siens.

Les engagements du gestionnaire de fortune

Le gestionnaire de fortune se doit d’agir en tenant compte des réels besoins de son client. Il ne doit jamais s’écarter de sa mission qui est de faire fructifier le patrimoine de ce dernier (voir ici). Avant de réaliser une transaction, il doit au préalable penser au gain qui reviendra à son client. Si le gestionnaire de fortune met en place divers mouvements financiers dans une durée relativement courte dans le seul but de toucher des commissions, et que le montant des frais en question risque de consommer la totalité du capital investi, il sera accusé de délit connu sous le nom de churning. Bien entendu, l’existence d'une telle faute sera prononcée à la suite d’un examen minutieux qui portera sur l’ensemble de l’activité du gestionnaire de fortune. De ce fait, même si certaines des transactions réalisées par le professionnel ont été bénéfiques pour le client, elles ne seront pas prises en compte. En outre, le fait que le gestionnaire de fortune ait envoyé des relevés au client pour l'informer de l’évolution de son patrimoine ne lui permet pas d’échapper aux poursuites pénales. Notons que la loi Suisse qualifie le churning de gestion déloyale. La victime peut alors porter l’affaire devant le Tribunal fédéral. Les sanctions pourraient être lourdes. Le seul moyen pour le gérant d’échapper au jugement est de présenter une preuve mettant en évidence le consentement du client pour chaque opération réalisée. Ce dernier n’est en aucun cas responsable de la situation et ce, malgré son imprudence probante.

  • Nos partenaires